Village mondial des initiatives

Le mouvement Alternatiba est né il y a deux ans à la suite de la publication du 5e rapport du GIEC sur le changement climatique.

p2_alternatiba_opt

Depuis, des dizaines de milliers de bénévoles en France et en Europe ont participé à des « villages des alternatives » où étaient évoquées l’urgence et la gravité du dérèglement climatique ainsi que les alternatives sociales ou techniques pour s’y attaquer.

Le 28 septembre dernier, un grand village Alternatiba était installé à Paris pour marquer l’arrivée d’un tour de France (à vélo et tandem) de 4 mois, 5 000 km, plus de 100 étapes et plus de 100 000 participants

Cette mobilisation citoyenne doit se renforcer dans les semaines qui viennent à l’occasion de la COP 21 qui se tient à Paris et notamment dans les diverses marches, manifs et actions qui auront lieu le dimanche 29 novembre et le samedi 12 décembre, à l’appel de la Coalition Climat 21. La Coalition Climat 21 regroupe plus de 130 organisations de la société civile, des syndicats, des associations de solidarité internationale, des organisations confessionnelles, des ONG de défense des droits humains, de l’environnement ou encore des mouvements sociaux.

Alternatiba invite à prendre massivement part au sommet citoyen sur le climat qui aura lieu les samedi 5 et dimanche 6 décembre à Montreuil au Village mondial des alternatives, Alternatiba géant et international, qui rassemblera des dizaines de milliers de personnes de Paris, du Val de Seine et du monde entier.

La bataille du climat est décisive non pas pour la planète mais pour l’humanité, pour les enfants nés aujourd’hui. Son sort se joue en ce moment même, dans les années qui viennent. Pourquoi serait-il plus difficile d’imaginer de changer un système qui n’a que deux siècles d’existence que de se résigner à voir se terminer 10 000 ans de ce climat stable et globalement tempéré qui a permis rien de moins que l’apparition de l’agriculture, la sédentarisation des populations et la naissance des grandes civilisations ? Nous sommes la génération qui peut empêcher cette parenthèse historique de se refermer.

De ce que nous ferons ou ne ferons pas dans les années à venir, dépendront les conditions de vie des générations futures ainsi que le regard et le jugement qu’elles porteront sur nous.

Rémi Lescoeur

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 − = deux