Vers un Pont d’Issy sans tours

Avec l’abandon des projets de tours Issy Tower et IMEFA 52, l’aménagement du Pont d’Issy a pris beaucoup de retard. La tour Hélice devrait elle aussi ne pas voir le jour.

P5_tour-helice-synthese_opt

«Le projet n’est pas en panne », affirmait la ville en 2015, précisant que le permis de construire d’Hélice était « toujours valide ». Pourtant, face au recours contentieux de l’association ACTEVI, l’immeuble de grande hauteur de Sefri Cime en est resté à l’état de maquettes.

À l’inverse, le reste des chantiers de cet îlot a rapidement démarré après la démolition des anciens locaux de L’Équipe. Ultime étape avant la livraison d’Aquarel d’ici la fin de l’année, la construction d’une extension de 3 000 m2, en ossature bois, qui n’était pas initialement prévue dans ce bâtiment en forme de « V ». Une demande de Capgemini, qui souhaite rassembler dès 2019 l’ensemble de ses collaborateurs dans ce complexe de 33 250 m².

Longueurs

Les trois bâtiments de logements du même îlot sont quant à eux déjà livrés. Devant le retard considérable que prenait la seule tour Hélice, le promoteur s’était alors dit prêt, début 2017, à « revoir le chantier si cela traîne trop en longueur ». Après le rejet du recours en appel, à l’été 2017, plus rien ne s’opposait à la construction.

Pas abandonné, le projet a pourtant bel et bien été « revu », a-t-on appris auprès de Sefri Cime. Également conçue par Loci Anima, la tour Fusion sera « beaucoup plus basse » : loin des 145 mètres d’Hélice, ce nouveau bâtiment « du même gabarit qu’Aquarel » ne serait donc même plus un immeuble de grande hauteur.

Toujours moins haut

En face, les travaux sont bien moins avancés sur l’îlot d’Altarea Cogedim et Crédit Agricole. « Bridge », le projet qui remplace IMEFA 52, s’élèvera à seulement 40 mètres contre 189 pour cette dernière. Conçu par Jean-Paul Viguier avec des matériaux transparents, il accueillera le siège d’Orange.

« Nouvelle vie » pour la ville, « respect du patrimoine historique » pour Crédit Agricole : les deux s’entendent à considérer comme un atout la conservation partielle de la halle Eiffel, démontée l’an dernier pour être déplacée à quelques mètres de là. Mais les commerces qui s’y installeront n’ouvriront pas leurs portes avant sa reconstruction « à l’été 2020 », date de livraison prévue du projet.

Serge Brière

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 3 = deux