Street art et botanique

vergerette de sumatra_optTROENE LUISANT_optmorelle noire_optMOLENE À FLEURS DENSE_opt

Le quartier de Busca, à Toulouse, a vu fleurir cet été ces inscriptions mystère à la craie. On apprendra par la suite qu’elles sont le fait du botaniste du Muséum de Toulouse, Boris Pesseq. Pédagogique, la démarche aura permis d’apprendre aux passants qu’il existe pas moins de 83 espèces sauvages dans ce quartier : sureaux, carotte sauvage, vergerette de Sumatra… et de nombreux figuiers. Sans la présence de l’homme, la ville en serait même « recouverte » selon le botaniste. Ce coup de projecteur visait aussi à réhabiliter l’image de ces herbes folles, utiles tant à la biodiversité qu’à la lutte contre le réchauffement dans un quartier très urbanisé : des problématiques que l’on retrouve dans le Val de Seine. Évidemment, c’est l’arrêt de l’emploi des produits phytosanitaires qui a permis la recrudescence de ces plantes sauvages en pleine ville.

Serge Brière

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


cinq + 8 =