RD7, un élargissement contesté

p2_RD7_fmt

Le département des Hauts-de-Seine veut élargir la route départementale 7 (RD7), entre Saint-Cloud et Suresnes.
Ce projet d’un autre âge entraînerait une augmentation du trafic automobile et l’abattage de 450 arbres.
Val de Seine Vert propose une alternative.

La RD7 est la route des bords de Seine qui longe le fleuve côté accès périphérique, Issy, Meudon Sèvres, Saint-Cloud, Suresnes, etc. La plus longue partie de l’itinéraire de la RD7 a déjà été transformée en voie rapide deux fois deux voies. Il reste une portion de Saint-Cloud à Suresnes où, sur 3,3 kms, il n’existe qu’une voie de chaque côté et des couloirs pour tourner à gauche dans les rues menant à Saint-Cloud et Suresnes. La route est un peu étroite et oblige à conduire prudemment et surtout à réduire sa vitesse. La voie est ombragée, encadrée d’arbres de hautes tiges, véritable ilot de fraîcheur. C’est le dernier espace remarquable des bords de Seine dans tout le département. Les bords de Seine abritent aussi de nombreux habitats et notamment fluviaux, des péniches.

Un projet dévastateur

Élargir des voies de circulation nous renvoie à une problématique de déplacement obsolète avec, il y a 50 ans, la disparition des quais de Seine sous les automobiles. Le département dépense plus de 100 millions d’euros pour couler du béton, couper tout ce qui dépasse et imperméabiliser chaque espace de verdure. Pour faire passer le projet on y ajoute des “promenades” pour piétons et des pistes cyclables. Tout pour rendre tout le monde heureux, sauf qu’il faut couper plus de 450 arbres de hautes tiges et bétonner l’ensemble des berges.

Il ne s’agit pas ici de lutter contre la « congestion du trafic », ni de délester la RD1, mais bien de créer une voie de circulation alternative et d’accès au périphérique. La vitesse sera telle qu’on prévoit des sas de survie piétons au milieu de la chaussée !

 Le projet date de 2004, mais depuis est venu le Tram T2, qui est passé en quelques années de 35 000 voyageurs/jours à plus de cent mille, un autre transport lourd va voir le jour en 2025 avec la mise en service de la ligne 15 du Grand Paris Express. La RATP poursuit l’allongement de ses lignes en première couronne avec la ligne 4 et la ligne 14. La ligne 12 est à l’étude. Le trafic automobile a diminué constamment depuis 2008. Les premières estimations de l’Enquête Globale Transport 2020 sont maintenant connues, elles confirment la tendance 2010, à savoir une diminution notable du trafic routier et une augmentation des transports collectifs et des modes doux. De plus, les quais de Seine du 92 sont situés à l’intérieur de la A86 et sont en Zone de faibles émissions (ZFE) qui interdit le déplacement des véhicules les plus polluants.

Frédéric Puzin

Retrouver notre avis, produit lors de l’enquête publique, et une vidéo sur notre site.

Notre proposition alternative

Nous proposons une expérimentation douce qui ne contraindra à aucun abattage d’arbres, qui libérera les quais des stationnements automobiles et des constructions légères sur l’espace public. Elle correspond aux exigences de la transition écologique en évitant de nouvelles pollutions.

 Il s’agit de garder une voie de circulation dans chaque sens avec une vitesse limitée à 30 km/h.

  • De créer une piste cyclable dont la continuité, donc l’usage, pose actuellement problème parce qu’absente avant et discontinue après l’emprise de la requalification.
  • De créer un cheminement piéton sur le côté quai, libéré des emplacements de stationnement et des dépôts particuliers divers.
  • De négocier avec les entreprises possédant des parkings des possibilités de stationnement pour les habitants fluviaux.
  • De supprimer l’accès direct à la RD7 de la moitié des rues adjacentes sur Saint-Cloud et Suresnes et ainsi d’éliminer la moitié des feux tricolores et couloirs « tourner à gauche », sources des relatives difficultés de circulation
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


deux + 8 =