Nos collègues des Hauts-de-Seine

Nous poursuivons notre présentation des départements qui, au 1er janvier 2016, constitueront la métropole du Grand Paris. Après la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et Paris, voici les Hauts-de-Seine. Les associations s’y mobilisent autour de trois bassins de vie.

Intercommunalites_Hauts-de-Seine_svg_opt Les Hauts-de-Seine sont le plus petit département de la couronne parisienne (176 km2), mais également le plus peuplé (1 500 000 habitants). Il compte 36 communes et 7 intercommunalités.

Le département en forme de haricot touche la Seine-Saint-Denis au nord-est et le Val-de-Marne au sud-est. Dans la partie centrale, que l’on nomme volontiers le Val de Seine, notre association a ses racines et nos lecteurs leurs repères. Du nord au sud, de nombreuses associations de défense de l’environnement sont actives. Elles se coordonnent d’abord au niveau de leur bassin de vie et bon nombre d’entre elles se retrouvent au sein d’Environnement 92, notre fédération départementale.

Trois pôles associatifs

Au nord, nos amis de Naturellement Nanterre, de Gennevilliers et bientôt d’Argenteuil puisque cette ville a choisi de rejoindre la métropole en janvier 2016. Neuilly fait partie de cet ensemble et l’association Neuilly, Puteaux, Seine écologie est très active au sein du collectif « Seine à Seine » qui travaille sur l’énorme dossier de La Défense. Au centre, Val de Seine Vert qui, comme Environnement 92, est agréée par la préfecture, se coordonne avec ACTEVI, Vivre à Meudon, Boulogne environnement, AEBB… Depuis quelques années, des collectifs se sont créés et sur les principaux dossiers les actions sont toujours conjointes. Enfin, au sud, la fédération Sud environnement regroupe une quinzaine d’associations partenaires.

Ces trois pôles associatifs correspondent à des bassins de vie et, souhaitons-le, aux « territoires » qui remplaceront, dans moins d’un an, les intercommunalités existantes. Demain GPSO et Cœur de Seine pourraient ne plus faire qu’un seul et même territoire de 400 000 habitants. La situation est à peu près la même au sud, avec 300 000 habitants. Elle se complique au nord qui, avec l’arrivée d’Argenteuil, ne totalise pas loin de 900 000 habitants. Quels que soient leurs périmètres exacts, ce sont ces mastodontes qui seront demain nos interlocuteurs privilégiés et il faut nous structurer en conséquence.

Luc Blanchard

………………………………………………………………………………….

Dans moins d’un an, la métropole du Grand Paris

Après avoir mené la fronde des élus contre le centralisme métropolitain, Patrick Devedjian, président du conseil général des Hauts-de-Seine, a été élu à la présidence du syndicat mixte de Paris métropole. Il s’agit d’une structure de réflexion mais qui n’est pas sans influence.

Signalons aussi que notre amie Mireille Ferri, à qui l’on doit le schéma directeur régional (SDRIF) de 2008, a été nommée directrice de l’Atelier international du Grand Paris. Ce groupement a pour mission d’étudier le Grand Paris et de sensibiliser les citoyens, il y a du boulot !

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− un = 6