Mise au ban du plastique

La Commission européenne a présenté un projet de directive prévoyant d’interdire différentes catégories de produits plastiques à usage unique constituant 70 % des déchets marins.

Cette annonce est à saluer car pour différents objets en plastique raisonner en termes de recyclage est insuffisant voire inutile ! La commission reprend sa stratégie plastique exposée en janvier dernier et sert d’aiguillon à toutes les mesures nationales et locales pouvant être prises avant l’adoption de toute règle européenne.

Dès 2021, pourront être interdits à la commercialisation des produits pour lesquels “des solutions de remplacement sont facilement disponibles et peu coûteuses”. Il s’agit des bâtonnets de coton-tige (hors usage médical spécifique), des couverts jetables, des pailles des agitateurs à boissons, et des bâtons utilisés pour fixer les ballons gonflables. En 2022, la Commission veut interdire la commercialisation de bouteilles et récipients pour boissons à usage unique fabriqués en plastique ou dont le bouchon ou le couvercle en plastique peut être détaché du récipient. Le texte fixe aussi un objectif de collecte de 90 % des bouteilles plastique à l’horizon 2025, via, notamment, un dispositif de consigne. Sont également visés les emballages de fast-food. En attendant, la ville de Paris s’est engagée en juillet dans cette démarche en interdisant progressivement les pailles en plastique dans les événements et équipements municipaux. Enfin, il faut rappeler que la loi de 2016 relative « à la transition énergétique pour la croissance verte » a prévu l’interdiction de la vente et de la distribution des gobelets, verres et assiettes en plastique au 1er janvier 2020. D’ici cette date, toutes les initiatives allant dans le sens du bannissement de l’usage des produits plastiques jetables doivent être soutenues.

Alain Mathioudakis

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 − un =