Le plan local d’urbanisme intercommunal de GPSO

L’intercommunalité Grand Paris Seine Ouest (GPSO) lance fin novembre la concertation préalable visant à élaborer un plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi). Nous avons trois ans pour le construire ensemble !

La loi ALUR de 2014 prévoit le transfert de la compétence Plan local d’urbanisme (PLU) de la commune à l’intercommunalité. Véritable document de planification, à la fois stratégique et réglementaire, le PLU détermine les droits et règles de construction. Une fois le PLUi de GPSO arrêté il concernera huit communes qui regroupent 3200000 habitants.

 Un projet de territoire

L’intérêt de ce changement d’échelle est de permettre de sortir d’une vision étriquée de notre territoire.

Tout le monde sait que les continuités écologiques, pour ne prendre que cet exemple, ne s’arrêtent pas aux limites administratives des communes. Les trames verte et bleue, qui permettent d’irriguer nos villes en espaces de nature et de s’adapter au réchauffement climatique, doivent être établies sur de vastes territoires.

Jusqu’à présent le PLUi de GPSO n’était envisagé que comme le collage des PLU communaux, chaque maire restant maître de son territoire. C’est évidement très loin de ce que souhaitent les habitants et leurs associations. Un vrai PLUi doit être un projet de territoire original. Souhaitons que ce soit aujourd’hui l’objectif recherché. La concertation préalable qui s’engage fin novembre sera suivie d’un lancement officiel en février 2022 pour une adoption envisagée début 2025. Nous y participerons activement afin d’obtenir, dans un premier temps, un diagnostic partagé. Les espaces de nature dans nos villes sont plus nombreux que ceux retenus par la cartographie officielle, il est urgent de revoir ces cartes car on ne défend bien que ce que l’on connait.

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ neuf = 11