Issy : La fin du désert du cœur ?

Il y aura un avant et un après. Avant, le cinéma et les emplettes des Isséens se faisaient surtout à Paris ou à Boulogne-Billancourt. Dans quatre ans, le centre-ville dont la ville parle depuis quinze ans devrait être sorti de terre.

Image de synthèse du quartier «Issy cœur de ville», présenté par Altarea Cogedim sur Youtube.

Image de synthèse du quartier «Issy cœur de ville», présenté par Altarea Cogedim sur Youtube.

Le site était jusqu’ici occupé par les 45 000 m² d’Orange Labs. Bien plus dense, le futur « cœur de ville » occupera plus de 100 000 m². À l’intérieur de cet îlot, composé à parité de 40 000 m² de logements et 39 940 m² de bureaux, une promenade verte permettra d’accéder à 11 250 m² de commerces à ciel ouvert, ainsi qu’à un cinéma.
Rééquilibrage
Suivi avec vigilance par notre association, le projet a – positivement – fait du chemin depuis 2013. La ville d’Issy-les-Moulineaux envisageait alors d’accueillir les locaux de la région Île-de-France et ainsi construire deux fois plus de bureaux… et autant de logements en moins1. En 2012, la ville prévoyait même d’y construire une tour de bureaux de 170 mètres, imaginée par l’architecte Jacques Ferrier. C’est par un « non » unanime qu’y répondent les habitants ayant participé aux « conversations citoyennes » de 2012 : le « cœur de ville » échappe à la folie des hauteurs.
Mieux, la présentation de l’opérateur-investisseur, Altarea Cogedim, affiche des bureaux labellisés Bepos (Bâtiment à Énergie Positive), là où Issy se contentait jusqu’alors de constructions BBC, moins économes. En termes de mixité fonctionnelle, le projet prévoit également des écoles et des crèches placées dans les immeubles de logements. Il est plutôt décevant que le projet n’aille pas plus loin dans cette logique.
Îlot enclavé
Les bureaux sont placés au nord et au sud de ce futur quartier, dans des immeubles non mixtes. Pas de mutabilité : il ne sera pas possible de les transformer en logements dans quelques années.
Censé faire le lien entre Mairie d’Issy et Corentin Celton, le quartier commercial est pourtant poché dans des façades de bureaux et de logements. Comme dans le reste de la ville, pas ou peu de commerces ouverts le soir, pas de terrasses de cafés donnant sur la rue du Général Leclerc, condamnée à rester un lieu de passage. Autre écueil du projet : les bâtiments d’Orange Labs, qui font partie intégrante du patrimoine industriel de la ville, ne seront pas conservés.
Serge Brière

1. À ce jour, plus d’emplois que de logements sont hébergés à Issy-les-Moulineaux. La majorité des salariés y travaillant n’habite pas la ville. jour, plus d’emplois que de logements sont hébergés à Issy-les-Moulineaux. La majorité des salariés y travaillant n’habite pas la ville.

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× cinq = 15