Hélice s’abaisse

Le Pont d’Issy en 2012 et le Pont d’Issy aujourd’hui (source : Google)

Plus d’entrée vile en entrée de ville. Comme nous l’annoncions en mai 2021 (Écho Val de Seine n°99), le Pont d’Issy est délivré de la folie des hauteurs. Il montre désormais son visage définitif avec la sortie de terre du dernier bâtiment, baptisé Keiko. Haut de 69 mètres, il est construit en lieu et place de la Tour Hélice censée s’élever à plus de 140 mètres de haut, objet de nombreux recours, jugée aussi obsolète et peu viable économiquement par son promoteur, Sefri Cime. Le résultat, malgré tout très minéral, c’est une densification au sol qui exempte légitimement de densifier en hauteur. Le succès des corners de restauration dans les halles Eiffel montre aussi l’appétence locale pour les commerces de bouche que les associations soutenaient seules depuis longtemps. Malgré la qualité esthétique des diverses réalisations, de Bridge (Orange) à Aquarel (CapGemini) en passant par Keiko, nous ne pouvons que regretter l’absence de mixité fonctionnelle de ces bâtiments qui ne comportent pas un seul logement, dans une ville qui connaît une véritable pénurie en la matière avec plus d’emplois que d’habitants sur son sol. « Issy Sans Défense » ? Il faudra encore quelques progrès pour que ce vœu de Didier Hervo de 2012 devienne réalité.

VDSV

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


3 + = six