Fondation Hamon : au début, il y avait les arbres

En 2003, un recours de Val de Seine Vert stoppe la construction de la fondation sur l’Île Saint-Germain. Treize ans plus tard, le dossier de l’affaire Hamon n’est toujours pas clos.

p6_hamon_opt

Le samedi 29 mars 2003, à l’appel de Val de Seine Vert,
de nombreux défenseurs du Parc de l’île Saint-Germain s’étaient retrouvés pour marquer leur opposition à l’implantation de la fondation Hamon.

« Si Charles Pasqua était encore de ce monde, il aurait aussi été relaxé », déclarait le président de la Cour d’Appel de Versailles, le 23 septembre dernier. Condamné en première instance pour détournement de fonds publics, recel de faux et prise illégale d’intérêts, André Santini a été relaxé en appel, à l’issue d’une longue procédure dont l’origine n’est pas étrangère à notre association.

L’histoire commence il y a vingt-six ans, lorsque le maire d’Issy-les-Moulineaux envisage de créer un centre d’art contemporain qui hébergerait la donation de Jean Hamon, un riche mécène proche de Dominique Santini (frère d’André), estimée à 7,3 millions d’euros.

Après une nécessaire révision de son plan d’occupation des sols, votée en 1994, c’est en 1999 que la ville autorise la création du syndicat mixte de l’Île Saint-Germain, destiné à construire et gérer cette fondation. Charles Pasqua en devient président, « Dédé » Santini vice-président.

Début 2003, plusieurs dizaines d’arbres sont abattus pour permettre le début des travaux. En désaccord avec ce projet trop dense, trop minéral et peu respectueux de l’environnement, Val de Seine Vert met le feu aux poudres en déposant le 21 mars 2003 un recours contentieux en annulation du permis de construire devant le Tribunal administratif. Le 1er avril, un référé engagé par notre association suspend les travaux. Malgré les pressions de M. Santini à notre encontre, le permis de construire est définitivement annulé par la justice en juin 2004.

Quelle que soit l’issue de l’affaire en cassation, elle aura permis aux associations environnementalistes d’être davantage entendues et écoutées lors des opérations d’urbanisation.

VDSV

………………………………………

Chronologie

24 octobre 1988 : inauguration de la Tour Dubuffet sur l’Île Saint-Germain, construite avec la participation financière de Jean Hamon

03/03/1994 : la ville d’Issy approuve la révision du POS à la suite d’une enquête publique

17/06/1999 : la ville d’Issy autorise la création du syndicat mixte de l’Île Saint-Germain, associant la ville et le département.

Mars 2002 : publication du permis de démolir de l’ancienne boulangerie militaire de l’Île Saint-Germain

22/03/2002 : Charles Pasqua donne son accord pour l’abattage de 104 arbres.

25/10/2002 : le Conseil Général des Hauts-de-Seine vote l’octroi d’une subvention de 656 000 Euros.

Mars 2003 : Val de Seine Vert forme un recours contre le permis de construire. Les travaux sont suspendus.

Juin 2004 : le permis de construire est définitivement annulé.

2006 : Charles Pasqua et André Santini sont mis en examen.

21/01/2013 : Pasqua et Santini condamnés en correctionnelle à deux ans de prison avec sursis.

29/06/2015 : décès de Charles Pasqua à l’âge de 88 ans.

23/09/2015 : André Santini relaxé par la Cour d’appel de Versailles.

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


sept − 5 =