Florilège Seguin

Les deux permis de construire de la partie centrale de l’Ile Seguin ont été accordés par le maire de Boulogne-Billancourt le 6 avril 2022.

Le nouveau pont Seibert qui relie l’île Seguin à Meudon

Le nouveau pont Seibert qui relie l’île Seguin à Meudon

Le lieu dit « de mémoire », ouvrière et industrielle, obtenu dans l’accord signé par les associations représentatives et la Ville, fait actuellement l’objet d’une réflexion construite au sein du comité de suivi et avec les associations d’anciens salariés de Renault.

Nous souhaitons que le port qui servira aux travaux pour acheminer et évacuer matériaux et déchets soit maintenu et puisse avoir une fonction dans la problématique du « dernier kilomètre ». La logistique fluviale a déjà économisé des millions de déplacements de camions. On sait que Franprix expédie ses produits secs sur barge au port de la Bourdonnais dans le 7e arrondissement. L’emplacement de l’île paraît parfait pour réserver une place à ce type d’activités.

La contestation d’activités professionnelles sur l’île relève du même phénomène qui a conduit l’industrie et l’artisanat à se voir chassés du périmètre du Val de Seine. Pourtant un mixte habitat-emplois est indispensable. Il faut réaliser la ville du quart d’heure, dans laquelle on n’habite pas à plus d’un quart d’heure de son travail, des services de santé, administratifs, culturels.

L’écologie, la défense de l’environnement ne se résument pas, ne se réduisent pas à la seule présence d’arbres, trop souvent d’alignement, et la lutte contre le réchauffement climatique ne se limite pas aux capteurs de CO2. Val de Seine Vert s’est sentie souvent bien seule dans le combat de préservation des arbres (rien que cette année, RD910, RD7 et Promenade des jardins à Sèvres). Il faut élargir la réflexion écologique et ne pas occulter que la meilleure lutte contre la pollution et le réchauffement c’est la sobriété et la réalisation de projets pour la biodiversité.

Notre banlieue « riche » ne doit pas s’abriter derrière le réchauffement climatique pour refuser tous les projets de meilleure mixité sociale. Il n’y a jamais autant d’écologistes que lorsqu’on construit ou rénove près de chez vous. Il y en a très peu lorsqu’il s’agit de travailler sur les plans d’urbanisme des villes et des intercommunalités.

Frédéric Puzin

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


− 3 = null