Éloge du désordre

Il y a une accélération d’initiatives gouvernementales et locales visant à modifier l’organisation politico-administrative des territoires. Les multiples textes semblent avoir ouvert la boîte de Pandore du n’importe quoi. Chaque structure cherche son indépendance par rapport à l’intérêt général représenté par l’État. Un désordre institutionnel qui fait que le citoyen ne sait plus qui est responsable de quoi. Rares sont ceux qui peuvent expliquer qui fait quoi et pourquoi. Sans parler des lois Notre, Maptam… Le département des Hauts-de-Seine est en instance de fusion avec celui des Yvelines ; Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux ont engagé le même mouvement ; Sèvres, Chaville, Meudon et Ville d’Avray seraient, elles aussi, en discussions. Les intercommunalités changent de périmètre, de territoire, de nom. Pour aider à la compréhension, « la Métropole du Grand Paris » est mise en place, à ne pas confondre avec « Paris Métropole ». La Région rappelle constamment son rôle prééminent. C’est une reconcentration, où le grand, le gigantesque, est redevenu la norme. Les territoires « unifiés » réunissent plusieurs centaines de milliers d’habitants. Ces concentrations ont pour point commun de ne jamais être soumises à la décision de l’électeur et de l’électrice.

Frédéric Puzin

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× neuf = 63