Serres d’Auteuil, rien n’est joué

L’extension de Roland-Garros sur le jardin des serres d’Auteuil est contestée devant les tribunaux par plusieurs associations de défense de l’environnement et du patrimoine. Sans attendre le jugement, les travaux ont commencé en octobre 2015… Heureusement, les héritiers de l’architecte de ce jardin ont obtenu qu’ils soient suspendus.

p6_serres_opt

Le jardin botanique des serres d’Auteuil, œuvre de l’architecte Jean-Camille Formigé, sera-t-il détruit par la Fédération française de tennis (FFT) afin d’agrandir Roland-Garros ? Cette question mobilise les associations et les riverains depuis 2011. Plutôt que de construire un nouveau court de 5 000 places, les associations proposent d’agrandir la capacité d’accueil du court n° 1, grâce à la couverture partielle de l’autoroute A13.
Passage en force
Forte du soutien de l’État et de la mairie de Paris, la FFT a lancé les travaux en octobre 2015, sans attendre que les recours introduits auprès des tribunaux soient jugés. Les héritiers de l’architecte, saisissant le tribunal en urgence, sont parvenus à ce que les travaux soient suspendus jusqu’au 31 mars 2016 (cf. la Lettre n° 78), puis à prolonger cette suspension jusqu’à ce que l’affaire soit jugée au fond. Il est heureux que la tentative de passage en force ait pu être bloquée car une fois les serres détruites le jugement n’avait plus d’objet.

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


six × 1 =