Rodin, Seguin et la Vallée de la Culture…

La présence de l’île Seguin dans le paysage dont jouissait Rodin à Meudon depuis son atelier en fait un élément fort du panorama de cette colline occupée par le parc et le musée Rodin. Inversement, depuis l’île se lit très bien la géographie des coteaux imposant le méandre du fleuve.

Le Penseur surmontant la tombe d’Auguste Rodin et de sa femme Rose à la Villa des Brillants à Meudon.

Le Penseur surmontant la tombe d’Auguste Rodin et de sa femme Rose à la Villa des Brillants à Meudon.

Lors de la construction de la Seine musicale en 2017 le département a installé une sculpture sur un des paliers de l’escalier monumental conduisant au jardin Bellini se trouvant sur le toit du bâtiment. Pas n’importe quelle œuvre, puisqu’il s’agit d’une reproduction du projet présenté en 1879 par Rodin au concours pour une statue commémorant la Défense de Paris face à la Prusse, mais non retenu. Sa situation face à la colline de Meudon, où se situaient son atelier et la villa des Brillants, est particulièrement bien choisie. Elle fait sens, ce qui est appréciable pour renforcer l’appellation Vallée de la Culture souhaitée par le département.

Projet artistique non localisé

Après la consultation sur l’aménagement de l’île Seguin pendant l’été 2020, l’association Ar’site mettait en ligne en novembre dernier la plaquette : Le site de l’île Seguin*. La plaquette regrettait que les constructions prévues (le projet DBS, aujourd’hui abandonné) viennent s’intercaler entre l’atelier meudonnais de Rodin et cette sculpture. Plusieurs alternatives étaient proposées pour tenter de conserver ce lien symbolique : en faisant évoluer le projet ou en la réimplantant sur la pointe amont de l’île, sur la terrasse haute du futur centre d’art que doit construire Emerige.

Une autre proposition consistait à profiter de la volonté du département d’ériger deux nouvelles statues dans la Vallée, en écho à celle de la Liberté installée depuis le centenaire de la Révolution sur l’Île aux Cygnes : d’une part une statue de l’Egalité de 20 m de haut, dont l’œuvre lauréate du concours lancé en 2019 sera érigée sur la pointe aval de l’île.

D’autre part une statue de la Fraternité, quelque part dans cette vallée, expliquait alors le président du Conseil Général, Patrick Devedjian.

Ce projet artistique encore non localisé pourrait être l’occasion de marquer ce coteau, et par là même l’ensemble de cette boucle de la Seine en aval de Paris, pour rappeler le riche passé artisanal et industriel de cette zone de banlieue, terre d’accueil et de travail où la fraternité n’était pas un vain mot.

Place Rodin

Pourquoi pas imaginer de l’implanter dans le parc de Rodin, en reproduisant la maquette de Tour du Travail que Rodin aurait voulu créer pour l’Exposition Universelle de 1900 ? Cette Tour de la Fraternité marquerait à la fois le lien entre la sculpture de La Défense et l’environnement du sculpteur, et pourquoi pas le lien entre cette tour et le futur lieu consacré à la mémoire ouvrière qui devrait être installé sur l’île si le protocole d’accord avec la ville est respecté.

Enfin le programme de la saison 2021-2022 de la Seine musicale comporte un étonnant dessin du bâtiment où la pointe aval de l’île se voit baptisée de Place Rodin ! Pourquoi donner à cette place qui va recevoir la future statue de l’Egalité le nom d’un sculpteur qui travaillait à Meudon, exactement à l’opposé ?

Il eut été préférable de baptiser ainsi l’escalier monumental qui fait face à Meudon et reçoit déjà une sculpture de Rodin. Quelle est la logique ?

Patrick Bertholon

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


sept − 5 =