Remise en question du CODERST 92

Le 6 janvier 2011, Vincent Gazeilles, seul conseiller général écologiste des Hauts-de-Seine, a donné sa démission du Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques des Hauts-de-Seine (CODERST 92).

En effet, après plus de dix ans passés à siéger dans cet organisme, il estime que c’est une chambre d’enregistrement de projets allant parfois à l’opposé d’une approche environnementale. Tous les projets respectant les normes en vigueur sont de fait acceptés même s’ils peuvent nuire à l’environnement tels les rejets d’eau chaude en Seine nuisibles pour la biodiversité ou encore la création de centrales de chaud ou de froid intégrant des tours aéro-réfrigérantes ouvertes, sans aucune réflexion préalable sur la sobriété énergétique. Selon lui, les élus doivent soutenir des projets soutenables et renforcer la réglementation environnementale pour réduire les risques.

Cette démission fait écho à notre questionnement sur la participation à des institutions de consultation qui ne sont au fond pour la plupart que des lieux de communication.

VDSV

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


deux × 7 =