Notre eau est-elle potable ?

Le Syndicat des eaux d’Ile-de-France (SEDIF) a soumis au débat public son projet d’eau « ultra pure ». Il n’a convaincu ni les associations ni les régies publiques.

Débat organisé le 23 mai à l'Académie du climat
Débat organisé le 23 mai à l’Académie du climat

Du 20 mai au 20 juillet la Commission nationale du débat public (CNDP) a supervisé un débat sur la production d’eau potable. Le SEDIF proposait de généraliser une technique de filtration membranaire (cf. Écho #107). Les critiques furent nombreuses : ce procédé curatif ne protège pas la ressource ; il est extrêmement onéreux, près d’un milliard d’euros ; il consomme deux fois plus d’électricité que les procédés classiques ; il rejette des polluants dans les cours d’eau… Dans son rapport la CNDP a repris ces critiques ainsi que celles des régies publiques, telles que Eau de Paris, qui s’inquiètent d’une pollution accrue des eaux de surface. Cela suffira-t-il à ce que le SEDIF renonce à son projet ? Ce n’est pas certain. Des actions en justice seront peut-être nécessaires.

Luc Blanchard

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


8 × trois =