Nos collègues du Val-de-Marne

Après avoir présenté le département de Seine-Saint-Denis et les associations de défense de l’environnement qui y militent, voilà le Val-de-Marne. Ce département fera également partie de la métropole du Grand Paris qui doit voir le jour le 1er janvier 2016.

Val-de-Marne

Le Val-de-Marne, 245 km2, 1 333 702 habitants (22 m2 d’espaces verts par habitant) 47 communes et 6 intercommunalités.

Créé en 1968 par le gouvernement De Gaulle, le Val-de-Marne mélange des populations aisées, aux franges du territoire et des populations ouvrières au centre. L’idée, à l’époque, était clairement de donner à la droite sa chance de diriger le conseil général… ce qui se produisit, entre 1970 et 1976. Depuis le département est présidé par un communiste. Les élus, contrairement à ce qui se passe dans les Hauts-de-Seine, se montrent très désireux de co-produire les politiques publiques. Ils n’hésitent pas à organiser des concertations et des événements destinés à impliquer leurs concitoyens. C’est peut-être ce qui explique que le tissu associatif y est plus soucieux d’être une force de proposition que d’opposition.

Des associations reconnues

L’union Val-de-Marne environnement qui fédère des associations Val de Marnaises engagées dans la défense de l’environnement contribue ainsi aux initiatives environnementales du département (plan de zonage pluvial, chartes de l’environnement, plan d’itinéraires cyclables, plan climat territorial, chartes forestières, etc). Le département compte également plusieurs associations naturalistes, tournées vers l’éducation à l’environnement : Nature et Société, seule association agréée du département, anime la maison de la nature de Créteil avec 5 salariés dont 3 animateurs en environnement et développement durable. R.E.N.A.R.D., qui a un agrément régional, mène l’essentiel de ses actions en Seine-et-Marne mais revendique deux associations affiliées dans le Val-de-Marne.

Le département de l’eau

Département très urbanisé malgré la subsistance de quelques terres agricoles au sud-est, le Val-de-Marne est marqué par sa proximité avec l’eau. Au confluent de la Marne et de la Seine, traversé par la Bièvre et de nombreux rus, le département possède en outre un grand lac qui s’étend sur 40 hectares : le lac de Créteil. Le conseil général s’est appuyé sur cet atout pour élaborer, avec ses partenaires associatifs, un « plan bleu » qui est un modèle du genre. S’il était généralisé à la métropole, l’ensemble du territoire bénéficierait d’une vraie politique de l’eau. C’est une piste sérieuse pour la Métropole du Grand Paris.

Luc Blanchard

………………………………………….

La métropole à J-14 mois

La mission de préfiguration de la future métropole du Grand Paris a réuni au début de l’été les maires et les représentants de l’État, 226 personnes, tout de même. Les partenaires sociaux, 60 personnes dont un seul représentant des associations de défense de l’environnement, se retrouveront en septembre. L’objet de la mission est de travailler sur la carte des territoires et sur la définition de l’intérêt métropolitain. Inutile de dire que si nous voulons être entendus il va falloir nous organiser. A cet effet un groupe de travail Métropole du Grand Paris s’est constitué au sein d’Île-de-France environnement. Piloté par Luc Blanchard, il réunit 18 responsables d’associations (2 par département). Un groupe se réunit également au sein d’Environnement 92.

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


sept × 4 =