Les sentinelles de nos cours d’eau

En Ile-de-France les 13 associations de pêcheurs de loisir sont regroupées au sein d’une fédération. Elles contribuent au bon état écologique des cours d’eau.

L’Île Saint-Germain vue du début de la Promenade Bleue sur les berges du Bas-Meudon. L’aménagement et l’artificialisation de 1 200 kilomètres de berges sont cartographiées et photographiées par l’Institut Paris Région. Cette cartographie sera complétée, au premier semestre 2024, pour documenter les berges jusqu’à l’estuaire de la Seine par la Région Normandie.

De la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques (LEMA) de 2006, appliquant dans le droit français la Directive Cadre sur l’Eau de l’UE, résulte la création de l’Office français de la biodiversité (OFB) et de la Fédération Nationale de la Pêche et de la Protection du Milieu Aquatique (FNPF) qui collaborent pour la préservation du vivant dans les milieux aquatiques et terrestres. Sur l’Île-de-France, la FNPF regroupe Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne. Elle fédère 13 Associations Agréées pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique (AAPPMA). L’AAPPMA des Hauts-de-Seine et de l’Ouest parisien possède le droit de pêche sur les 150 km de cours d’eaux et d’étangs du territoire de Paris et sa petite couronne. Les revenus dégagés par la Redevance Milieu Aquatique et la Cotisation Pêche et Milieu Aquatique (CPMA) permettent d’assurer la surveillance de la pêche, les négociations et exploitations des droits de pêche, la gestion piscicole et la protection des espèces et des milieux aquatiques.

Les plans de gestion piscicole (PGP) contribuent au bon état écologique des cours d’eau lorsque les peuplements piscicoles sont à l’équilibre, poissons sauvages en bonne santé et en quantité suffisante, d’où l’importance de préserver, aménager et renaturer les berges de la Seine.

Pêcheurs et lanceurs d’alertes

La surveillance des cours d’eau, autre fonction essentielle des AAPPMA, outre le rôle de police de la pêche, concerne les constats et les recherches de sources de pollution. Depuis 2010 des arrêtés préfectoraux interdisent la consommation et la commercialisation de tous les poissons pêchés dans la Seine et ce à cause de la pollution des eaux (métaux lourds, pyralènes/PCB, etc.). De fait, 90% des poissons pêchés en Ile-de-France sont remis vivants à l’eau.

Les gardes-pêche fédéraux de la FNPF et les gardes-pêche particuliers assermentés de l’AAPPMA des Hauts-de-Seine assurent cette surveillance sur la Seine, épaulés par des bénévoles et tout le réseau départemental de quelques 3 000 adhérents qui remontent des observations essentielles sur le bon état du cours d’eau et qui peuvent alerter, en cas de pollution (couleur de l’eau, odeurs, comportement des poissons anormal, mortalité piscicole, etc.) les gardes-pêche de 92, la Brigade Fédérale, les agents de l’OFB, la Police Fluviale ou les Pompiers.

Grâce à la prise de conscience des pouvoirs publics (Mairie de Paris, SIAAP, collectivités locales, Agence de l’Eau Seine-Normandie, etc) et l’application des règlementations environnementales, la qualité de l’eau continue de s’améliorer. Si dans les années 70, seulement 12 espèces de poissons étaient recensées dans la Seine, les derniers inventaires de pêche dénombraient une trentaine d’espèces de poissons dont une belle surprise avec la présence d’une lamproie à Epinay-sur-Seine.

Didier Valon

………………………………………………………………………………………………………………….

La Maison de la pêche et de la nature

L’AAPPMA des Hauts-de-Seine est installée sur l’Île de la Jatte à Levallois dans la Maison de la Pêche et de la Nature. Lieu unique en Île-de-France qui héberge un musée-aquarium présentant, vivants, de nombreux spécimens de la faune aquatique de la Seine (esturgeons, brochets, carpes, silures, gardons, sandres, brêmes ainsi que des écrevisses et des tortues). Également centre d’animations, la Maison de la Pêche et de la Nature organise des Ateliers Pêche Nature qui permettent de sensibiliser les jeunes publics à la fragilité des écosystèmes aquatiques, tout en leur enseignant les techniques de pêche principales. Les AAPPMA ont en effet un rôle essentiel d’initiation à la biodiversité et de formation des futures sentinelles de nos cours d’eau.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


six × = 12