Issy : Un nouveau projet pour la ZAC Léon Blum

Des bienfaits de l’avis d’un commissaire enquêteur… ou presque !

Lors de l’enquête publique concernant le projet de la ZAC Léon Blum, on se rappelle combien les conclusions du commissaire enquêteur étaient critiques sur plusieurs points très précis, voire défavorables à ce projet (voir Écho Val de Seine n° 89)

p3_chemin des vignes_opt

Lors de la séance du conseil municipal d’Issy-les-Moulineaux du 18 avril dernier, ce sujet était à l’ordre du jour.

C’est avec plaisir que l’on a appris que certains points étaient pris en considération :

  • L’actualisation du dossier, c’est-à-dire l’intégration de l’ensemble des projets dans le dossier, en particulier le Centre musulman et le centre culturel Georges Dumézil y sont maintenant inscrits. Une réunion publique sur ce sujet a été organisée le 16 octobre 2018.
  • La réduction des zones d’expropriation pour raison « de vétusté et dégradation » se limite maintenant au seul îlot B (au lieu de deux prévus initialement).
  • En ce qui concerne les impacts écologiques sur le milieu naturel et le renforcement des qualités paysagères du site, il s’est transformé en « impact sur le climat » ce qui était induit mais ne correspond pas au questionnement. Une extension des espaces viticoles est prévue ainsi que « la mise en valeur du Chemin des Vignes » et des « mesures pour favoriser la biodiversité ».

Un nouveau PLU a été voté lors de ce conseil municipal. Quelles en seront les incidences sur le Chemin des Vignes et la zone actuelle des serres municipales, points soulignés dans le rapport du commissaire enquêteur ? Pour l’instant cela n’a pas été précisé.

Une nouvelle enquête publique aura lieu, réduite à 15 jours, et devrait s’ouvrir aux environs du 20 juin. Informer et mobiliser la population sur une durée si courte à cette période de l’année ne sont pas garantis !

Nous nous réjouissons de ces avancées. De nombreuses questions restent encore posées, et certaines informations sont encore bien floues.

Ces quelques points positifs montrent combien la démarche de l’enquête publique, et son passage entre les mains d’un commissaire enquêteur au regard vigilant et sensible à l’intérêt général, sont importants. Le projet en cours d’étude (de test ?) consistant à limiter l’information et la publication de l’enquête publique exclusivement à Internet mérite que l’on s’en inquiète.

Nicole Matrand

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


× deux = 18