Un R4 plein d’intérêts !

La création du lieu culturel polyvalent R4 soulève bien des passions et notre position d’acceptation de ce bâtiment bien des critiques. Avant toute explication, il faut souligner qu’en cette période d’élections municipales, certaines postures ne sont pas dénuées de visées électoralistes. Quelles auraient été les attitudes des uns et des autres sans la proximité d’échéance électorale ? Mais s’extraire de cette ambiance est assez simple si est prise en compte uniquement la finalité de ce projet : créer un espace culturel inédit.

70_p1_R4_fmt

Depuis sa création, en 1992, Val de Seine Vert suit avec attention l’aménagement des terrains des ex-usines Renault à Boulogne-Billancourt. La question de la limitation des mètres carrés sur l’île Seguin a été l’une de nos préoccupations constantes. À la suite de multiples procédures, l’obtention de l’accord de 2005 passé entre des associations et le maire de l’époque fixant un plafond maximum de construction sur l’île Seguin à hauteur de 175 000 m² est à mettre également à notre crédit. Si le débat actuel est rendu possible c’est grâce à notre persévérance et non aux cris d’orfraie de ceux qui nous critiquent aujourd’hui. Nous sommes constants et cohérents avec nos positions !

Nous nous battons toujours pour une densité moindre sur l’Île. Ainsi par l’accord sur le R4, nous avons obtenu le retrait de l’appel de la mairie de Boulogne-Billancourt concernant la décision du tribunal administratif de Cergy Pontoise du 9 juillet 2013 déclarant illégale la modification de 2011 du PLU et sommes toujours partie au recours contre la nouvelle modification intervenue en 2013. Et le R4 tel qu’il nous a été présenté s’inscrit complètement dans les 175 000 m² que nous souhaitons pour l’île.

Par-delà cette dimension urbanistique, le projet R4 doit permettre aussi de préserver les derniers symboles existants de la mémoire industrielle du site (cf. article page 8), de promouvoir l’usage de la navigation fluviale et d’ouvrir sa programmation artistique à des propositions associatives.

Concernant les remarques relatives au prix de cession du terrain par le SAEM à la société R4, il appartient aux élus actuels et futurs de saisir la chambre régionale des comptes afin qu’elle examine les conditions de cette vente.

En cette période de crise des finances publiques, un projet privé comme le R4 qui doit n’entraîner aucune dépense publique est à soutenir.

Alain Mathioudakis

Le R4 doit développer ses activités sur 23 000 m2 : création (700 m2 d’atelier d’artistes) manifestations (exposition dans une halle monumentale ainsi que dans certaines réserves, conférences), commercialisation (galeries, salles de vente, logistique). La société R4 doit également être acteur, selon des modalités à définir.

Une extension sur une parcelle mitoyenne, acquise en juillet 2013 devrait accueillir une école d’art et un complexe hôtelier mixte, mi-résidence d’artistes, mi-hôtel de standing.

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ 2 = cinq