Transports en commun et pistes cyclables

La volonté de faciliter l’usage du vélo ne doit pas se faire au détriment des transports en commun et plus généralement des usages des espaces publics urbains qui ne peuvent être réduits à des infrastructures spécialisées concurrentes. Certaines des « coronapistes provisoires » mises en place cet été par le département des Hauts-de-Seine semblent déjà rendre plus difficile la circulation des autobus. Elles doivent donc, comme annoncé, faire rapidement l’objet d’une évaluation complète, publique et objective, évaluation qui devra prendre en compte toutes les dimensions de la vie collective en ville.

Suite au confinement, la situation économique des transports collectifs d’Ile-de-France impose que ceux-ci fassent l’objet d’un soutien exceptionnel. Nous soutiendrons cet objectif ainsi que la revendication qu’un véritable plan de déplacement et des usages des espaces publics urbains soit discuté et élaboré publiquement. Dans un premier temps, nous demanderons aux autorités en charge des transports collectifs (entreprises, Région) de partager leurs évaluations chiffrées et études sur l’impact réel des « coronapistes ».

Rouben Ter-Minassian

https://www.hauts-de-seine.fr/toutes-les-actualites/detail/deconfinement-place-aux-velos

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 − quatre =