Réunions publiques Grand Paris Express

Tronçon Pont-de-Sèvres/Noisy-Champs

Ce tronçon du métro automatique devrait à lui seul coûter 5,5 milliards d’euros (soit un milliard de plus qu’il y a un an) sur un tracé de 33 km, 16 gares sont prévues, dont trois sur le territoire du Val de Seine : Pont-de-Sèvres, Issy ville et Fort d’Issy.

Destiné à faciliter les déplacements de banlieue à banlieue, Grand Paris Express sert en réalité les projets immobiliers en cours à Boulogne-Billancourt et à Issy-les-Moulineaux. Les tours de bureaux en projet doivent amener des milliers de nouveaux salariés que les transports en commun existant sont incapables d’absorber. Grand Paris Express participe donc du délire densificateur porté par le contrat de développement territorial. Ce CDT, signé à la toute fin du mandat de Nicolas Sarkozy, hérisse notre territoire de tours pour rivaliser avec La Défense. Nous l’avons dit, ces projets ne vont pas dans le sens de la ville durable et nous n’en voulons pas. Le Grand Paris, hyper-dense, qui rivalise avec Londres et Berlin n’est pas résilient. C’est-à-dire qu’il n’est pas en mesure d’encaisser les crises à venir : le pétrole cher, le chômage de masse, la pollution…

Ce dont nous avons besoin ce ne sont pas de nouveaux bureaux mais de logements bon marché. D’une ville plus dense, qui ne rogne pas sur les terres cultivables, mais aussi plus agréable à vivre. D’une ville dans laquelle on voit plus de nature que de voitures… Il faut investir massivement dans les transports en commun, notre qualité de vie en dépend, mais pas de cette façon.

• Pour en savoir plus : www.societedugrandparis.fr

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


+ 9 = onze