L’île Seguin et après !

Le projet immobilier de la société Bouygues sur l’Ile Seguin se concrétise avec le dépôt des permis de construire. Val de Seine Vert, dans le cadre du comité de suivi, instance de concertation entre la Ville de Boulogne-Billancourt et les associations les plus représentatives, peut aujourd’hui communiquer ses appréciations sur ce nouveau projet.

Île Seguin verte ! Le 17 septembre les membres du comité de suivi pour l’aménagement de l’île Seguin étaient conviés à une visite de chantier. L’occasion de prendre conscience de l’imposante masse de béton déjà coulé. Il faut végétaliser l’île, mais ne pas rêver à un retour à l’état naturel.

Île Seguin verte !
Le 17 septembre les membres du comité de suivi pour l’aménagement de l’île Seguin étaient conviés à une visite de chantier. L’occasion de prendre conscience de l’imposante masse de béton déjà coulé. Il faut végétaliser l’île, mais ne pas rêver à un retour à l’état naturel.

Beaucoup s’accordent à penser que, tant au niveau architectural qu’au niveau de la densité des immeubles, des progrès ont été faits : 10 000 m2 constructibles disparaissent et la végétalisation est accrue ; les immeubles ne sont pas réduits à des parallélépipèdes sans âme et l’impression visuelle est réussie ; face à Sèvres et Meudon, l’espace végétalisé de 15 000 m2 est à souligner.

C’est l’agence danoise Big, Bjarke Ingels Group, qui prévoit dix immeubles de 7 à 10 étages pour une surface totale de 120 000 m2 y compris une halle d’activités. Le parking de 700 places est toujours d’actualité.

Le président du comité de suivi, Pierre Gaborit, désigné par le maire de Boulogne-Billancourt, a cru pouvoir affirmer dans un communiqué que « Le Président et les membres du comité de suivi ont marqué leur vive satisfaction pour les améliorations apportées par ce nouveau projet par rapport à tous les projets précédents car non seulement il prend en compte très favorablement les remarques qu’ils ont émises précédemment et les observations recueillies lors des enquêtes publiques, mais va de surcroît au-delà des prescriptions de l’OAP figurant au PLU. »

Val de Seine Vert ne marque pas sa « vive satisfaction ». Ce projet marque une nouvelle étape vers moins d’artificialisation, mais l’ensemble de l’île sera bétonné, hormis une superficie vraiment très faible. Qu’il y ait du bois, de la terre cuite, des jolies plantes, c’est ce qu’on appelle de l’habillage. Nous avons signé un accord transactionnel qui est ici en partie respecté, c’est tout ce que nous constatons.

L’île Seguin est le paravent des forfaitures environnementales du secteur. Sa situation exceptionnelle lui offre une traitement médiatique d’ampleur et, juste à côté, on minéralise totalement la voie rive gauche de Seine (RD7), une emprise de 120 000 m2, pour y faire passer plus de camions, objectif revendiqué dans l’enquête publique.

Frédéric Puzin

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


trois × 1 =