Métropole, les associations oubliées

Les 400 associations membres de France Nature Environnement Île-de-France affirment leur volonté de participer à l’élaboration du projet de territoire de la Métropole du Grand Paris. Il est urgent d’améliorer le bien-être des habitants de la Métropole et de préserver l’avenir de leurs enfants. Trois axes doivent être privilégiés : la lutte contre le réchauffement climatique, l’arrêt de l’érosion de la biodiversité, la préservation de la santé des Franciliens.

Aussi, dans les territoires et à la Métropole, FNE–IDF doit avoir des représentants au sein des Conseils de développement pour défendre conjointement :

  • La mise en place de transports collectifs, confortables, sûrs et économes en énergie, à moins de dix minutes de marche à pied des lieux d’habitation et d’emplois. L’implantation de transports en site propre doit être un préalable à l’urbanisation en favorisant la mixité des usages, la mixité sociale et l’optimisation les distances entre lieux de résidence et de travail.

  • La création de lieux d’habitation de qualité pour répondre aux besoins de logements sans augmenter indéfiniment le nombre d’habitants en Île-de-France.

  • Le développement d’activités responsables, valorisant l’emploi durable.

  • La mise en place rapide de la transition énergétique, en isolant les bâtiments anciens et en ne construisant que des bâtiments à énergie positive. En favorisant la récupération d’énergie et en utilisant le plus possible d’énergies renouvelables.

  • Le maintien d’un environnement sain, impliquant une très forte amélioration de la qualité de l’air, de l’eau, des sols afin d’atteindre rapidement les préconisations de l’OMS.

  • La mise en œuvre systématique d’une protection contre les nuisances sonores, élimination des points noirs de bruits routiers, ferrés et aériens qui impactent la santé.

  • Le développement de la nature en ville, préservation des bois, parcs et jardins – végétalisation des toitures et murs extérieurs – promotion de l’agriculture urbaine et périurbaine…

  • La défense du patrimoine bâti et naturel, en s’interdisant de construire des tours énergivores, des barres de logements ou de lancer des appels à projet urbanisant des zones inondables et des espaces agricoles. En prenant en compte les paysages et la mémoire des lieux.

Comment la Métropole et les territoires peuvent-ils y contribuer ?

  • En instaurant prioritairement une démocratie locale active et participative, qui permette de sensibiliser, informer et faire réagir les citoyens en temps réel.

  • En co-élaborant tous les projets urbanistiques et architecturaux, dont la réhabilitation des zones défavorisées, avec les techniciens, les élus et la société civile.

  • En concevant des projets d’amélioration des transports collectifs pour faciliter les déplacements de toutes natures et non pour favoriser le seul développement économique, responsable des déplacements pendulaires.

  • En garantissant la qualité de vie de ses habitants par le développement de la biodiversité et la mise en place des trames bleues et vertes (préservation de l’habitat naturel des espèces animales et végétales, création de passages à faune…), et celui d’une agriculture de proximité (maraîchage, arboriculture, voire agriculture urbaine – circuits courts – agriculture biologique).

  • En mettant en place des mesures qui respectent les réglementations françaises et européennes contre les nuisances.

Seule une gouvernance unique travaillant avec toutes les forces vives de la Métropole permettra d’élaborer une stratégie d’ensemble et coordonner un développement harmonieux de la nouvelle Cité, au profit du bien-être de ses citoyens.

Le groupe de travail Métropole du Grand Paris, qui a élaboré ce texte, demande aux présidents des associations membres de FNE-Ile-de-France de le signer ou de l’amender et de le renvoyer au siège de notre fédération.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


− 1 = deux