La nécessaire biodiversité

Dans le cadre de l’enquête publique sur l’aménagement de l’échangeur de la Manufacture, à Sèvres, Val de Seine Vert a déposé une contribution. Nous plaidons pour le renforcement de la trame verte.

Dans le contexte du réchauffement climatique il importe de lutter contre les îlots de chaleur en renforçant la trame verte. En l’occurrence il s’agit de créer un corridor écologique entre le parc de Saint-Cloud et la colline Brimborion. De quelle manière le projet présenté renforce la trame verte ? Le jardin devant la Manufacture et la destruction de la trémie y contribuent mais c’est insuffisant. L’ambiance générale reste trop routière. Si, comme nous le préconisons, une voie de bus en site propre était mise en place, cela apaiserait la circulation. Au-delà de cela si l’on souhaite permettre aux espèces animales terrestres de se déplacer il faut prévoir des passages à faune. Il importe bien sûr de faciliter le transit des oiseaux et des insectes et cela nécessite un couvert arboré. Il faut densifier le couvert végétal envisagé dans le projet.

Il conviendrait également d’élargir le périmètre d’intervention de façon à bien prévoir la jonction du corridor écologique avec le massif Brimborion. A l’heure actuelle cette question n’est pas traitée. Côté Manufacture la création du jardin facilite la jonction avec le parc de Saint-Cloud. Encore faut-il le concevoir non pas comme le « jardin à la française » qui met en valeur la Manufacture, mais comme l’amorce d’un réservoir de biodiversité.

Compenser les atteintes à l’environnement

Un projet de cette importance, qui coûte 43,6 M€ HT aux contribuables, ne peut pas ne pas anticiper le réchauffement climatique. De aménagements, annexes au présent projet, ont déjà amputé le quartier de nombreux arbres matures, notre association souhaite que l’aménagement de l’échangeur permette de compenser l’atteinte à l’environnement que représente la « Promenade des jardins ». Cette « compensation » a l’avantage d’être à proximité immédiate de l’atteinte à l’environnement
qu’a représenté l’aménagement de cette promenade.

Le projet de jardin doit être repensé en mettant en avant le vivant, il sera peut-être moins « à la française » mais rendra de grands services écosystémiques.
Il en va de même pour les cheminements piétons qui, en étant moins minéraux, contribueraient à améliorer la trame verte.

Luc Blanchard

L’avis complet est ici

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


− 2 = trois