Gouvernance du Port de Gennevilliers

Les ports, qu’ils soient maritimes ou fluviaux, disposent de vastes réserves foncières pour développer de nouvelles activités. Ils sont responsables de l’aménagement durable de leurs espaces portuaires. C’est dans ce contexte que sont engagées des démarches opérationnelles de protection de la faune, de la flore et de la qualité des eaux.

Le Port de Gennevilliers

Depuis 2010, sur la Seine, le Port de Gennevilliers, d’HAROPA PORT, s’est équipé d’un Schéma d’orientation et de développement durable (SODD). Jean Plateau, directeur du site, souhaiterait, début 2024, accompagner cette démarche par la mise en place d’une instance permanente de concertation (IPC). Plusieurs associations, dont la nôtre, serait invitée à siéger auprès de la « Communauté portuaire de Gennevilliers ».

Depuis 2021, HAROPA PORT, placé sous l’autorité de la Direction générale des infrastructures des transports et de la mer (DGITM) au sein du ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, gère le Grand port fluvio-maritime de l’axe Seine, premier port français en termes de trafics conteneurs, de transport de céréales, vins et spiritueux. HAROPA est un groupement d’intérêt économique qui comprend les ports du HAvre, de ROuen et de PAris. Le Port de Paris est le premier port fluvial français. Il intègre les ports de Limay, de Gennevilliers, de Paris et de Bonneuil-sur-Marne. Chacun de ces ports dispose d’infrastructures multimodales (fleuve, fer, route) et contribue pleinement au développement de l’axe Seine répondant ainsi à la stratégie nationale portuaire qui vise à accroître la compétitivité et l’attractivité des ports français. C’est ainsi que sur le port de Limay-Porcheville, en évolution constante, la société IKEA implantera un entrepôt logistique de 60 000 m2 dès 2026. Sur le port de Gennevilliers, à proximité des dépôts pétroliers Sogepp et Trapil et du site Suez Chemicals, la société Goodman France envisage, sur une friche de 6,5 hectares en bord de Seine, une gigantesque plateforme logistique multimodale « Green Dock ». Toujours à Gennevilliers, le Syctom et le Sigeif développe un projet Biométhanisation qui vise à créer une unité de méthanisation qui traitera jusqu’à 50 000 tonnes de déchets alimentaires par an. A Bonneuil-sur-Marne, la Société du Grand Paris réalise l’installation d’une nouvelle plateforme de gestion des déblais du Grand Paris Express. Enfin, sur 100 hectares situés sur les communes d’Achères, d’Andrésy et de Conflans-Sainte-Honorine, HAROPA PORT projette, jusqu’en 2040, d’implanter le Port Seine-Métropole Ouest (PSMO), plateforme multimodale destinée au transport de matériaux de construction.

Même si au travers du SODD, Ports de Paris a obtenu, pour la plateforme de Gennevilliers, la certification ISO 14001, l’outil de référence pour la prise en compte des enjeux environnementaux, l’IPC permettra aux associations environnementales, invitées à participer, de peser sur les décisions d’aménagements. Pour, par exemple, renaturer les berges de Seine et ainsi renforcer ce corridor écologique essentiel à la préservation de la biodiversité et au rafraîchissement des villes.

Didier Valon

…………………………………………………………………………………………………….

Le port de Bonneuil-sur-Marne

Les berges renaturées du port de Bonneuil

Le 1er décembre 2023, à l’invitation d’Antoine Berbain, directeur général délégué de Haropa Port, nous avons arpenté les berges renaturées du port de Bonneuil. Une réalisation remarquable qui donne envie de faire de même sur le port de Gennevilliers !

Ce sont 1 500 mètres de berges, du pont de Bonneuil au Bec de Canard, qui ont été renaturés. L’opération n’est d’ailleurs pas terminée, le Bec de Canard est un petit bois de 10 hectares qui doit être aménagé de façon à renforcer la biodiversité.

Éric Fuchs, directeur du port de Bonneuil, insiste sur le rôle qu’a joué l’Instance permanente de concertation (IPC), mise en place en 2014. Cette instance, qui regroupe les usagers et les riverains du port, a suivi le dossier de renaturation des berges dès sa mise en œuvre. Nature et Société, membre de France nature environnement, s’est beaucoup investie. L’association a même produit, avec la LPO, un très joli petit livre : “Le port de Bonneuil à tire d’ailes” (2022) avec le soutien d’Haropa et de la ville de Bonneuil-sur-Marne.

LB

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


5 − cinq =