France Nature Environnement quitte le Conseil paritaire de la publicité

En matière de publicité, l’autorégulation est une impasse. Il faut légiférer et donner à une instance indépendante les moyens de contrôle et de sanctions.

p4_pub_opt

L’ancien Bureau de vérification de la publicité (BVP), que seuls les publicitaires dirigeaient, s’est transformé en 2008 en Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP), avec la création d’instances de dialogue et de concertation : le Conseil paritaire de la publicité (CPP), le Conseil de l’éthique publicitaire (CEP), le Jury de déontologie publicitaire.

Le CPP, où siège France Nature Environnement, contribue à la réflexion sur l’évolution des règles professionnelles de la publicité en élaborant des avis, à partir desquels l’ARPP construit les recommandations à destination des professionnels. Il est composé à parité d’associatifs et de professionnels.

Attention messages frauduleux

L’indépendance du CPP a été mise en cause par l’ARPP. La recommandation « développement durable » du CPP a été modifiée unilatéralement par l’instance professionnelle : « Le message publicitaire doit exprimer avec justesse l’action de l’annonceur ou les propriétés de ses produits, en adéquation avec les éléments justificatifs transmissibles ». Le CPP avait, lui, écrit « éléments justificatifs disponibles »À qui revient de déterminer ce qui est transmissible ou pas ? L’entreprise enverra les informations qu’elle souhaite transmettre, mais pas nécessairement celles dont elle dispose.

L’ARPP soutient des attaques continuelles contre les écologistes et la défense de l’environnement. Elle recommande l’interdiction d’une publicité défendant le vélo car semblant dénigrer l’automobile. Le Conseil de l’éthique publicitaire va jusqu’à écrire aux entreprises d’arrêter de faire semblant : « Dans tous les cas, tous les acteurs de la publicité et de la communication doivent se mobiliser pour lutter contre cette idéologie de l’écologisme et plus généralement de la bien-pensance. »

France Nature Environnement, qui ne veut plus servir de caution environnementale, n’a pas demandé le renouvellement des mandats qu’elle détenait. Rita Fahd et Frédéric Puzin ont donc quitté l’instance.

VDSV

FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf + 1 =