Enquête publique sur l’Île Seguin

Le projet « Vivaldi » de Bouygues Immobilier sur la partie centrale de l’Ile Seguin en « enquête publique » légère !

À partir du 19 janvier et pendant un court mois jusqu’au 19 février, un processus de participation du public par voie électronique (PPVE) est engagé par la mairie de Boulogne-Billancourt. La procédure ne prévoit plus de commissaire enquêteur. Ce n’est pas spécifique à ce dossier mais aux nouvelles procédures dématérialisées et allégées voulues par le gouvernement. Elles ont pour but de désarmer un peu plus les analyses critiques des projets d’urbanisme.

Val de Seine Vert produira son avis en fonction des pièces et des réflexions tirées de sa participation au Comité de suivi avec le Ville et la société publique locale (SPL) des opérations de l’Ile Seguin.

L’avis de l’autorité environnementale

Nous pouvons examiner dès maintenant plusieurs aspects de l’avis de la Mission Régionale d’autorité environnementale (MRAE) : « L’avis de la MRAE ne porte pas sur l’opportunité du projet mais sur la qualité de l’évaluation environnementale présentée et sur la prise en compte de l’environnement par le projet. Il n’est donc ni favorable, ni défavorable. Le maître d’ouvrage doit prendre en considération l’avis de l’autorité environnementale pour modifier son projet. »

Le maître d’ouvrage est ici Bouygues Immobilier pour la partie constructions et la Ville de Boulogne pour le jardin et autres aménagements via la SPL Val de Seine Aménagement.

Parmi les principales recommandations : « …analyser les raisons qui ont conduit à une perte de biodiversité d’espèces protégées sur l’espace naturel actuel depuis l’étude d’impact de mai 2019. » Le jardin dit « éphémère » a été fermé en 2018. C’est une cause directe de la disparition de plusieurs espèces. Seul un jardin nouveau du même type pourra favoriser leur retour. On peut s’interroger sur la disparition des jardins, ce peut être un moyen de ne pas être ennuyé par la protection de faune et de flore présentes sur le site.

« (…) développer la justification du projet au regard du besoin en bureaux, notamment dans le contexte de carence de logements, sur la commune…» Comme la MRAE s’inquiète des risques d’inondation, on s’interroge si des logements étaient concernés. C’est une question à poser à la commune. La question du logement sur l’île est complexe en ce qu’elle bouleverserait les usages et les mobilités.

L’étude d’impact mentionne la réalisation d’un diagnostic des sols en 2017 ainsi qu’une étude de pollution en 2021. Le groupe Renault est toujours responsable de cette dépollution. Ni ces deux études, ni même leurs principaux résultats, ne sont joints au dossier. Pour mémoire les installations sur l’Ile Monsieur, contiguë à l’Ile Seguin, ont été construites sur un terrain partiellement dépollué au point qu’on déconseille de creuser à plus de 20 centimètres.

« Le projet se situe dans une zone de crue extrême et est au contact immédiat d’une nappe affleurante. Le risque d’inondation par remontées de nappe est donc présent (aléa très élevé). »

Les locaux techniques sont prévus pour être cuvelés et étanches, et les parkings inondables si l’eau monte trop. L’île Seguin peut notamment être concernée, pour une durée relativement longue (potentiellement plusieurs semaines), par une coupure des accès (ponts) et des ruptures d’alimentation en énergies et en fluides. Le dossier « Vivaldi » ne précise pas les conditions de fonctionnement du site en phase d’exploitation en cas d’inondation.

Frédéric Puzin

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


cinq + 1 =